Les causes

 

Il existe plusieurs types de crises d'épilepsie qu'il n'est pas toujours facile de démêler. La brochure suivante explique bien les différences entre chacune et la manière de les gérer. 

http://www.edmontonepilepsy.org/documents/EE%20Seizures%20&%20First%20Aid_FR.pdf

 

Pour simplifier les choses, on peut distinguer deux grands types de crises d'épilepsie[1]Ancre :

Les crises généralisées

La décharge paroxystique intéresse les deux hémisphères cérébraux.

  • Les crises tonico-cloniques sont les plus impressionnantes. Elles se manifestent par une perte de connaissance avec chute, mouvements convulsifs, morsure de la langue... Elles touchent moins d'un tiers des épileptiques.
  • Les absences se manifestent par une suspension brève de la conscience (quelques secondes). Elles sont parfois accompagnées de gestes involontaires et inadaptés appelés automatismes. Les absences se répètent de manière fréquente au cours de la journée.

Les crises partielles ou focales

Elles n'affectent que certaines parties du corps et affectent 60 % au moins des personnes atteintes. Au départ, la décharge paroxystique ne touche qu'une région du cortex cérébral. Une grande variété de signes cliniques seront observés en fonction de la région touchée. Certaines de ces crises peuvent évoluer vers une crise généralisée tonico-clonique.

Les crises partielles peuvent se traduire par des troubles moteurs, des troubles sensoriels et sensitifs, des troubles de la mémoire ou de la conscience.

 

Le type de crise dépend étroitement de l'origine de la crise dans cerveau. Les épilepsies peuvent avoir trois origines :

  • Les épilepsies symptomatiques sont liées à des lésions cérébrales;
  • Les épilepsies cryptogéniques ont une cause suspectée mais elle ne peut être décelée par les moyens diagnostiques actuels.
  • Les épilepsies idiopathiques concernent des sujets n'affichant habituellement aucune lésion cérébrale. Elles présentent un caractère génétique. 

 

Les épilepsies idiopathiques de l'adulte sont toujours généralisées.

Les épilepsies symptomatiques ou cryptogéniques sont le plus souvent partielles. Elles représentent près de 80 % des épilepsies de l'adulte.

 

 

 



[1] Cette classification provient du site http://www.caducee.net, qui s'adresse aux professionnels de la santé.