Statistiques

 

Saviez-vous que?

 

  • L’épilepsie touche 50 millions de personnes autour du monde[1].

 

  • Plus de 300 000 Canadiens et Canadiennes sont aux prises avec l’épilepsie au quotidien, soit 1 % de la population[2]. Chaque année, 15 000 personnes apprennent qu’elles sont atteintes de ce trouble neurologique infernal[3].

 

  • Au Québec, environ 120 000 personnes souffrent d’épilepsie[4]. La majorité d’entre elles arrivent à mener une vie tout à fait normale grâce aux médicaments. Toutefois, pour environ le tiers des personnes atteintes, les médicaments ne fonctionnent pas et elles vivent avec le risque de faire des crises qui peuvent mettre leur vie en danger[5].

 

  • En Outaouais, le nombre de personnes atteintes d’épilepsie est estimé à 3 600 et 1 000 d’entre elles souffriraient d’une épilepsie réfractaire, c’est-à-dire qui résiste aux médicaments et qui entraîne des crises non contrôlées[6].

 

  • Au Québec, 875 nouveaux cas d’épilepsie sont diagnostiqués chaque année et 30 750 enfants sont actuellement traités pour épilepsie.[7]
 
  • La conséquence la plus grave de la dépression associée à l'épilepsie est le suicide. Le risque de suicide chez les gens souffrant à la fois de dépression et d'épilepsie est 5 fois plus grand que celui de la population générale et 25 fois plus grand dans le cas d'épilepsie temporale du lobe temporal.[8]

 

  • L’épilepsie touche des personnes de tous âges : les bébés et les enfants, les adolescents, les adultes et les personnes âgées. Toutefois, ce sont les personnes âgées qui sont les plus touchées en raison du risque accru d’accidents vasculaires cérébraux et de troubles cardiaques[9].

 

  • L’épilepsie se traite habituellement assez bien avec les anticonvulsivants. Dans environ 50 % des cas, les crises sont éliminées grâce à la médication, tandis que 20 % des personnes atteintes voient leur condition grandement améliorée[10].
 
  • Ainsi, environ 30 % des personnes atteintes ne répondent pas aux médicaments actuellement disponibles et doivent composer avec des crises impossibles à contrôler, ce qui entraîne un niveau élevé de détresse psychosociale[11].
 
  • La chirurgie est une option dans seulement 10 à 20 % des cas d’épilepsie non contrôlée par les médicaments[12].
 
  • Parmi les principaux défis de l’épilepsie, les personnes atteintes déclarent :

                                 une autonomie limitée;

                                 les préjugés, la stigmatisation, la discrimination;

                                 le manque de sensibilisation par rapport aux impacts de leur condition;

                                 l’accès à un choix d'emplois limité;

                                 l’incapacité d'obtenir un poste si elles révèlent qu'elles sont épileptiques;

                                 des impacts sur leur vie sociale, dont l’isolement social.

 

Épilepsie Outaouais a donc pour mission de soutenir les personnes atteintes d’épilepsie et leur famille par des interventions individuelles, familiales, de groupe et collectives. Ainsi, nos membres ne sont plus seuls avec l’épilepsie. Nous offrons une gamme de services, de programmes et d’activités qui peuvent les aider à mieux vivre avec l’épilepsie et à reprendre plus de pouvoir sur leur vie. L’association apporte aux personnes atteintes de l’espoir, un milieu de vie inclusif et une aide concrète dans l’amélioration de leur mieux-être et de leurs conditions de vie. Nous réalisons nos objectifs à travers le développement des compétences personnelles, la créativité et l’engagement collectif. Pour de plus amples informations sur nos services et nos possibilités de bénévolat, n’hésitez pas à communiquer avec nous au 819-595-3331.

 

 


[1] Organisation mondiale de la santé (2012) : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs999/fr/index.html

   Alliance canadienne de l’épilepsie (signet promotionnel)

[2] Épilepsie Canada : http://www.epilepsy.ca/fr-CA/Accueil.html

[3] Ibid.

[4] Association québécoise de l’épilepsie : http://www.epileptogene.ca/main.cfm?p=60&l=fr

[5] Émission Une pilule, une petite granule, le 24 février 2011 : http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=829

[6] Selon les estimations d’Épilepsie Outaouais, basées sur l’incidence de l’Organisation mondiale de la santé

[7] Épilepsie Section Québec : http://epilepsiequebec.com/medias/Matinee_conference_23_mars_2013_modifie.pdf

[8] Alliance canadienne de l’épilepsie : http://www.epilepsymatters.com/french/lwedepression.html#depressionaffect

[9] Passeport Santé : http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=epilepsie_pm

[10] Émission Une pilule, une petite granule, le 24 février 2011 : http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=829

[11] Ibid.

[12] Ibid.